Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blog du Père Claude, prêtre gallican

Blog du Père Claude, prêtre gallican

Une Eglise de tradition au service des chrétiens d'aujourd'hui.

Je suis athée, Dieu merci !

Je suis athée, Dieu merci !

Je suis athée, Dieu merci !

L’apparente contradiction de cette phrase qui prête à sourire est celle qui figure sur le front de nombreuses personnes pour qui l’Eglise n’est qu’une caverne de voleurs et un repaire de pédophiles actifs.

Cette vision de l’Eglise est malheureusement, surtout en Occident, assez généralisée dans toutes les couches de la société. Beaucoup ne veulent pas avoir affaire à cette institution qu’ils disent sclérosée et d’un autre temps. Et ils ont partiellement raison. Cela ne veut pas dire qu’ils ne croient en rien, qu’ils ne sont pas en recherche, qu’ils sont en dehors de l’amour de Dieu. Ils ont simplement disparu des radars de l’Eglise.

Et dans nos Eglises que confessent les fidèles: C’est parfois difficile à dire. De manière générale, celles et ceux qui vivent dans les paroisse croient en Dieu ! Elémentaire…. Oui, mais en quel Dieu ? Un Dieu que l’on définit comme un principe général de vie, la nature, la beauté de la création. Une sorte d’animisme chrétien auquel on oppose le mal perpétré par l’homme vaincu par Satan. Pas de dogme mais une sensibilité naturelle qui porte vers le beau, le bien et le vrai. Bonjour Monsieur Platon !

D’autres veulent un Dieu fort, un Dieu qui guide ses enfants, un Dieu qu’il faut défendre. Ce sont des ritualistes et des formalistes qui défendent Dieu (comme s’il en avait besoin !) contre tout ce qui est nouveau. Le dogme et la tradition font partie de leur langage courant.
Contrairement au premier groupe, ce sont des sectaires qui ne tiennent aucun compte du monde et qui veulent le voir venir à leurs pieds.

Il y a l’Eglise de la majorité et de l’extrême-centre ! Ils croient en Dieu, vont à l’église, communient, prient un peu. Ils ne sont ni chauds, ni froids. Ils acceptent l’enseignement de l’Eglise et ne se frottent que peu au monde.

Et il y a l’avant garde de ces chrétiens qui ne croient pas en Dieu !
Mais qui croient Dieu
!

Croire Dieu, c’est instituer une relation personnelle entre Lui et nous ! C’est penser qu’Il a quelques chose à nous dire et ainsi L’écouter ! C’est s’appuyer sur la verticalité de la croix en acceptant, instituant, cultivant la synergie des rapports divino-humains. Le chrétien est un homme qui prie.
Et pour prier, il faut savoir quitter le monde des pensées psychiques, se rendre disponible, se faire coupe pour recevoir, avoir honte de sa nudité et de son vide intérieur. Etre tel que l’on est sans faux-fuyants. Ce n’est que dans cette disposition que l’âme peut mendier l’Esprit.

Croire Dieu c’est pouvoir confesser en esprit et en vérité le Credo, tout le Credo, sans ne rien retrancher ou, pire encore, ajouter. Croire Dieu, c’est participer et recevoir les sacrements comme un don anticipant la vie future. Croire Dieu, c’est tout faire avec humilité (humus).

Croire Dieu, c’est aller vers les autres. Ouvrir sa porte au différent qui nous remet en question, à l’étranger, au pauvre comme au riche, à tous les hommes et femmes qui sont, eux aussi, des frères que le Christ veut nous voir accueillir comme si on l’accueillait Lui-même.

Est théologien celui qui prie,
Celui qui prie est théologien !

Nous en arrivons tout naturellement aux rapports entre la théologie et la mystique. L’un ne va pas sans l’autre et inversement. La mystique est la mise en pratique de la théologie et la théologie garde la mystique des égarements dont elle pourrait être l’objet sans la théologie.

Nous en arrivons à la conclusion de ces quelques mots: Ceux qui rejettent l’Eglise ont , bien souvent été rejetés par elle. Nous n’avons pas à évangéliser mais nous avons à témoigner par notre attitude de ce qui se passe à l’intérieur de nous-même. Alors certains viendront, en liberté, parler avec nous….

Père Claude.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article